Rencontre : Tiste Cool avant l’EP

Fort d’une expérience musicale, sur scène et en studio, de plusieurs années, Baptiste Homo tente enfin l’aventure solo !

 

Sous le nom de Tiste Cool, se cache un jeune homme « originaire de Nîmes » comme il tient à nous le rappeler, et dont les styles musicaux sont aussi divers que variés, « je fais de la musique depuis longtemps avec mes groupes. Plutôt rock, puis j’ai dérivé vers la pop … sûrement à cause de l’âge » (rires)

Bien sûr, de nombreux artistes influencent l’écriture et l’imaginaire autour du projet solo lancé par Baptiste, comme il le confie « Avec ce projet, je me sens proche d’artistes tels que Adam Green, Mac Demarco ou encore Robert Mitchum. Je suis également très admiratif des textes de Ian Curtis bien que je ne pense pas du tout m’inscrire dans ce type de poésie. Françoise Sagan et sa petite musique m’a énormément influencé. J’aime sa légèreté grave, sa manière de décrire le désespoir avec tendresse ».

Claviers et proche collaborateur de Julien Doré, co- créateur du groupe Omoh avec son complice Clément Agapitos, membre du groupe Pointe Noire son CV est déjà bien rempli, il ne manquait plus qu’un peu d’audace pour se lancer en solo, en effet « Tiste Cool c’est mon premier projet en solo et en français ». Pour la création de ce projet, la vie, le quotidien et l’entourage servent souvent de base, « Paris m’a énormément inspiré. J’y ai découvert tellement de choses, rencontré tellement de gens qui ont influencés ma vie. C’est une vrai mine d’or, encore à ce jour. » Pour autant, « Nîmes a toujours été la ville de mes grands amours et de mes grands déchirements, elle a une place importante dans mon processus créatif ». Mais l’inspiration se saisit de l’artiste à tout moment, « Ça va, ça vient, ça ne se contrôle pas et c’est ce qui rend l’inspiration excitante, impalpable et mystérieuse ».

Les tournées avec les différents projets auxquels il a participé, de Omoh à Julien Doré ont largement contribué à forger le projet solo idéal pour Baptiste, « Et puis, il y a eu mon expérience de tournée avec Julien Doré qui m’a permis de beaucoup voyager, en France ou à l’étranger, et sans parler de lieux en particulier, c’est le simple fait d’être tout le temps sur la route qui m’a fait me questionner sur « où suis-je bien dans le monde ? ». Souvent, quand j’étais en tournée j’avais qu’une seule hâte, c’était de rentrer chez moi et lorsque tu te retrouves à la maison, t’es pas bien, t’as qu’une seule envie, c’est de repartir ! Cela a été un vrai moteur créatif, notamment pour mon groupe Pointe Noire ».

S’il est parfois dur de connaître quelqu’un il l’est d’autant plus de se connaître soi – même, de se faire confiance en solo… et c’est sans doute pour cela que ce n’est qu’aujourd’hui, passé 30 ans, et après une rupture difficile que Tiste décide de se lancer dans l’aventure « C’est arrivé comme ça, j’ai eu envie de dire des choses plus personnelles, d’essayer quelque chose de nouveau, avec comme seul vrai objectif mon épanouissement personnel».

Avec Ian Curtis has died today il propose un projet électro pop plutôt conceptuel quelque chose de très proche de l’héritage de la « beat generation » aussi bien dans le visuel que dans le son, en décalage avec les propositions artistiques qui sont actuellement accessibles « Oui tout à fait, enfin plutôt que « décalé » qui est un terme que je n’apprécie guère car selon moi il laisse la porte ouverte à tout et n’importe quoi, je dirais que j’aime beaucoup la pop sale et grinçante. Dans l’image comme dans le son. La Beat Generation a bercé mon enfance via mes parents, je pense que cela ressort indirectement ».

En attendant la sortie de son premier EP solo à la rentrée, de rejoindre son public sur les routes de France, et de permettre une (re)découverte pour l’un comme pour l’autre, Baptiste profitera des choses simples de la vie, « j’aime faire des barbeuc et boire des coups avec mes amis, rentrer dans une librairie et acheter des livres que je ne lirai pas et aussi cuisiner en écoutant l’Heure Bleue sur France Inter ».

Un repos de courte durée car il sera d’ores et déjà en concert le 3 juin à Nîmes, et le 9 juin à St Jean de Maruejols.

Concerts :

Festival This Is Not A Love Song – Paloma – Nîmes – 16h30 – Patio

Festival de la Grange – St Jean de Maruejols – Gard – Scène Extérieure

Tiste Cool – Caipiranah EP à paraître fin 2018

Pour lire l’article précédent, clique ici.

Pour nous soutenir sur Facebook, clique ici. 

 

3 réflexions au sujet de « Rencontre : Tiste Cool avant l’EP »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s